Zepherina's Blog

27 mai 2014

Happy ending!

Ca faisait un moment que je m'étais dit que je reviendrais faire un tour sur ce blog.

Je viens d'en relire l'intégralité des articles.

Whaou! Que de changements depuis! Des changements objectifs : fini les études, j'ai un job, fini Maurice, les plans galère, mais aussi des changements plus personnels. Qu'est-ce que j'ai changé! Mûri peut-être ? Pris confiance en moi sans doute! La dépression n'est plus qu'un lointain souvenir, et putain, que ça fait du bien de ne plus vivre avec cette épée de Damocles au dessus de soi! Je devrais savourer chaque jour le bonheur d'aller bien!

Alors, voilà, comme ce blog (et le précédent) ont été importants pour moi, m'ont permis de nouer des relations virtuelles qui m'ont fait du bien, m'ont permis d'extérioriser mes sentiments, j'ai eu envie de faire ce dernier billet, juste pour dire aux rares lecteurs qui auraient encore ce blog dans leur flux rss que je vais bien.

Vraiment bien.

J'ai trouvé l'amour, le vrai. Et je me suis rendue compte que ce que j'avais vécu avec Maurice n'était pas de l'amour. De la passion peut-être, mais pas de l'amour. L'amour ça fait du bien, pas du mal.

Prenez soin de vous, et n'arrêtez pas d'y croire!

Posté par zepherina à 17:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 mai 2012

"Avec le temps..."

     "Avec le temps, va, tout s'en va" - Oui, ben non en fait!

     J'ai eu plusieurs fois envie de revenir ici poster des mes nouvelles, à des moments bien différents. Du coup, je choisis ce moment, pas particulièrement positif pour revenir le temps d'un post, peut-être plus, selon l'envie, selon le bien ou le mal que ça me fait d'écrire...

     Quand je parlais de ma peine à un ami, il m'a donné un conseil plutôt basique : "ben, arrêtes d'y penser". Ah oui, c'est sur, dit comme ça, ça à l'air simple! Sauf qu'en fait, j'ai essayé. J'ai essayé de détourner mon attention quand j'y pensais, de ne plus trop écrire car ça me faisait y penser, tout en prenant quand même conscience des pensées qui me venaient (histoire de ne pas tomber dans le refoulement pur et simple).

     Toujours est-il que cette théorie à ses limites et qu'elle est très énergivore. J'ai l'impression d'arriver à bout des efforts que j'ai pu faire pour essayer d'aller mieux, donner le change, sortir, me changer les idées, faire comme si tout allait bien. Sauf qu'au fond, tout ne va pas si bien.

     1 an et 7 mois que Maurice m'a quitté.

     Le début a été catastrophique. Le début a duré longtemps. Jusqu'à l'été dernier je dirais. Pendant ces 10 premiers mois post-rupture, je n'étais que l'ombre de moi même, toute vie m'avait quittée, et je n'essayais même pas de faire semblant. Je refusais les invitations, sortais le moins possible, sauf à de rare exceptions où la joie de vivre me rendait une petite visite aussi surprise qu'éphémère.

     Pendant tout ce temps, aucune nouvelles de Maurice. Je n'ai pas cherché à en avoir, il n'a pas cherché à en donner (ni à prendre des miennes).

     Ce qui m'a remis le pied à l'étrier, ça a été une rencontre, un soir où j'avais accepté de sortir. Un homme ressemblant terriblement à Maurice a attiré mon regard. Alors, j'ai tout fait pour attirer le sien! Et, une fois n'est pas coutume, ça a marché! Pathétique me direz vous d'être séduite par le sosie de l'ex qu'on arrive pas à oublier ? Sans doute un peu, mais pour ma part, cet homme avait quelque chose de rassurant, de pas tout à fait inconnu, qui m'a permis de me sentir en confiance et de passer une nuit torride qui m'a fait me dire "ah oui, ok, y'a pas Maurice sur terre". Malheureusement, l'erzat de Maurice n'avait aucune envie d'une vraie relation avec qui que ce soit, notre relation s'est donc limitée à 2 nuits. Mais cette aventure a su me redonner un peu de la confiance que j'avais perdu dans cette rupture.

     Une amie avec qui je discute souvent des choses de l'amour me dit que selon elle, la confiance en soi ne doit venir que de nous même, pas des autres, et que le regard de l'autre (de l'homme en l'occurence) ne doit être que la cerise sur le gâteau d'une confiance déjà bien installée. Sur le principe, je suis assez d'accord avec elle, sauf que je pense que notre confiance en nous se construit également à travers le regard des autres, car nous sommes des être psycho, certes, mais aussi des êtres sociaux! Alors, bien sur, les jours où le moral ne va pas trop mal, je vois une potentielle nouvelle relation comme la cerise sur le gâteau, mais les jours où ça ne va pas trop, cette relation qui me manque tant prends une place démesurée. Il faut dire que je cumule en ce moment beaucoup de soucis de travail, et financiers, donc, je me sens d'autant plus abandonnée de devoir porter tout ça seule...

     Je m'égare...

    Le non-évènement qui m'a fait revenir ici aujourd'hui, c'est d'avoir appris que Maurice a déménagé dans le département voisin. Le fait qu'il ne m'en ai pas averti (nous nous sommes revus 2 fois, j'en parlerais dans un prochain post, sinon celui ci va être interminable) m'a laissée chagrine... Je crois surtout que j'avais imaginé les choses autrement. Je cherche moi même à m'installer ailleurs, et j'avais donc imaginé mon départ, et donc des "adieux" avec Maurice, adieux qui nous auraient, j'imagine, amenés à certains plaisirs défendus... Et le fait que ça ne se passe pas comme je l'avais imaginé me contrarie! Et bien sur, le fait qu'il ne me l'ai pas appris directement me rends triste aussi, car ça montre bien qu'il a complètement refait sa vie, et que je n'en fait plus partie ; alors qu'il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à lui et regrette notre relation...

     Voilà, tout ça pour dire qu'après un an et 7 mois, ça va pas vraiment bien...

 

Posté par zepherina à 16:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,